Contre le harcèlement sexuel : de la parole aux actes.

Depuis plusieurs semaines des témoignages d’agressions et d’harcèlements sexuels se multiplient sur les réseaux sociaux. La parole se libère, la peur commence à changer de camp et c’est une bonne chose.

Il y a quelques jours, les témoignages sont devenus des appels à manifester et plusieurs rassemblements ont eu lieu. L’action se lie à la libération de la parole.

De son côté, le gouvernement – à travers Marlène Schiappa- propose une modification de la loi pour étendre le délai de prescription ou définir un âge minimal en matière de consentement. Cela va dans le bon sens mais ça n’est pas suffisant. L’absence de ministère des droits des femmes et les coupes budgétaires pour les associations ne font qu’aggraver la situation des victimes et limitent les moyens de la prévention.

Les annonces ne suffiront pas à répondre aux enjeux de la situation. Au-delà des déclarations et d’une modification légale, le gouvernement doit assurer des moyens suffisants pour les associations qui aident et accompagnent les femmes et les victimes.

Voici la tribune que j’ai co-signé avec mes collègues de la France Insoumise :

 

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2017/10/26/donnons-nous-les-moyens-d-agir-contre-le-harcelement-sexuel_5206316_3232.html

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :