#7 – La dénutrition : un enjeu médical et social

« Mme Bénédicte TAURINE attire l’attention de Mme la Ministre de la solidarité et de la santé sur la problématique de la dénutrition. La dénutrition touche 2 millions de personnes en France (environ 50% des personnes hospitalisées) et représente un coût estimé à environ 10% des dépenses de santé.
 
Pourtant, le dossier relatif à la Stratégie Nationale de Santé publié par le ministère de la santé ne mentionne la dénutrition qu’une seule fois. Promouvoir une alimentation adéquate et une activité physique régulière et adaptée vont dans le sens de la limitation des risques, cela demeure néanmoins largement insuffisant compte-tenu de l’ampleur et de la nature du phénomène.
 
Cette maladie silencieuse est un fléau relativement simple à combattre. Comme indiqué dans le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique, un dépistage systématique peut par exemple être mis en place grâce à des outils peu onéreux (pesée régulière et examen bucco-dentaire) et aurait des effets très bénéfiques sur la prise en charge des patients dénutris. Or seuls 10% des dossiers médicaux comprennent une information sur le poids ou l’Indice de Masse Corporelle (IMC).
 
Ce même rapport du HCSP préconise la mise en place de parcours personnalisés de soins sur le long terme. Aujourd’hui le parcours de soins et de santé est émaillé d’obstacles médicaux et sociaux. La prise en charge de la dénutrition ne pourra s’améliorer qu’à la condition d’une mobilisation des acteurs institutionnels, économiques, associatifs au niveau de chaque territoire de santé. Le besoin de « maillage » des secteurs médicaux est un point critique.
 
La dénutrition est un enjeu médical mais aussi social. Lorsque les hôpitaux disposent d’un budget repas de 3,73€ par jour et par patient ou lorsque les personnels des EHPAD n’ont que 7 minutes par patient, nos services publics ne sont pas en moyen d’assurer la santé de toutes et tous. Au niveau médical, la dénutrition aggrave la situation des patients et nécessite une prise de conscience. Au niveau social, elle constitue l’une des terribles conséquences des coupes budgétaires dans nos hôpitaux.
 
Madame la députée Bénédicte Taurine souhaite alors interroger Mme la Ministre de la Santé sur les réponses que le gouvernement compte apporter au défi de la dénutrition et des manques de moyens dans nos hôpitaux et établissements pour personnes âgées.
Dans une démarche constructive et positive, son avis est également sollicité sur l’opportunité de mettre en place un territoire pilote (département volontaire, l’Ariège par exemple) pour expérimenter un parcours de soin financé adapté aux pathologies concernées par la dénutrition.« 
le 19 décembre 2017

Les commentaires sont fermés.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :